Dimensions courantes

Aspect des lames de terrasses : Les lames en pin présentent une face lisse et une face riflée qui permettent de choisir la face de parement.

Idem pour les lames de merbeau et d’acacia.

Le massaranduba est à face riflée uniquement.

Généralités ;

Les bois dits d’extérieur doivent présenter une résistance correspondant aux classes de risques 3 et plus. Qu’est-ce que cela signifie ?
Rappel de quelques notions de base :Tous les bois n’ont pas la même résistance aux agressions du temps, et leur emploi a été classifié en fonction des contraintes diverses auxquelles ils seront soumis. Ceci s’appelle les  classes de risque

Classe de risque Définition et utilisations type :

Classe 1: Bois toujours au sec, tels meubles, parquets, lambrissages et autres d’intérieur

Classe 2: Bois destinés à être abrités mais pouvant recevoir une pluie accidentelle à la mise en œuvre (charpentes par exemple)

Classe 3: Bois abrités mais pouvant recevoir des pluies ou une humidité importants et fréquents (bardages par exemple)

Classe 4: Bois pouvant être au contact du sol et non abrités, avec une humidité permanente

Classe 5: Bois au contact de l’eau de mer devant répondre à des exigences spécifiques (pontons et quais)
Qu’est-ce qu’un bois de classe 4 par exemple ?Ce bois, par sa texture, ses tanins, sa densité, sa dureté ou autre, devra résister aux agents pathogènes du bois dans cette classe de risque, c’est à dire, en particulier, résister aux champignons et insectes courants dans cette classe d’emploi. On parle alors de classe 4 naturelle : acacia, azobé, ipé, etc…)Il est aussi possible de protéger le bois des agents pathogènes ;Ainsi l’autoclave permet-t-il de réunir une méthode ancestrale qui consistait à faire tremper des piquets dans un tonneau de sulfate de cuivre, avec une facilité d’application propre et moderneOn parle alors de classe 3, 4 ou 5, conférée.

Comment se déroule le traitement du bois :Le but : remplacer la sève du bois par du sulfate de cuivre (le plus courant) qui est un agent naturel de protection.Après le sciage du bois, celui-ci est donc séché pour extraire l’eau en circulation dans les vaisseaux. Ceci permettra au sulfate de cuivre de pénétrer en lieu et place de la sève du bois.On place alors ce bois dans une enceinte étanche (autoclave) dans laquelle on va créer un vide d’air de façon à vider ces mêmes vaisseaux de l’air emprisonné qui empêcherait la circulation du sulfate de cuivre.La phase suivante est celle du remplissage total de l’autoclave avec le mélange de sulfate de cuivre qui se trouve alors aspiré,  puis énergiquement poussé dans le bois par une pression extérieure atteignant 15 bars.
L’intensité du process et la nature du bois déterminent la classe d’emploi des bois ainsi traités.
La durée de vie des poteaux bois autoclavés, par exemple, est quasiment comparable à celle des mêmes poteaux en béton armé.


Les bois dits d’extérieur