Vous êtes ici :
  • Allée du bois >
  • Les terrasses, conception, réalisation et entretien

Comment construire sa terrasse

Le principe des terrasses bois ou composite est simple :

Installer un cadrillage en lambourdes de classe 4 dont la hauteur suffit à assurer la ventilations des lames posées dessus.Toutes les lames doivent être ventilées, y compris celles en composite. Il n’est pas possible de coller des lames directement au sol.
Mille et une astuce existent pour gagner du temps, économiser la matière et son porte-monnaie. Sans parler des « combines » assurant un rendu impeccable.
Un petit guide de pose est fourni à nos clients qui en font la demande aussitôt qu’il achètent les bois.

Quel bois choisir ?

Pour aller vite, se reporter au tableau des sections et essences à la page « bois d’extérieur ». Dans le cas contraire, lire ce qui suit.

 

Pour la pérennité de l’ouvrage, la règle est de choisir des bois de la classe de risque 4.

Peu de bois européens y sont élus, du moins en catégorie bois d’œuvre :

- l’acacia semble être le seul classe 4 européen naturel disponible.- Nous le fabriquons en section de 22×110 mm et 22×140 mm, profil riflé ou lisse, au choix.

Une réalisation en acacia

Pour optimiser les longueurs, nos lames sont bouvetées en bout.- D’autres essences sont proches de la classe 4, mais sans jamais y entrer, tels le chêne (dit classe3 et demi), le mélèze, ou le cœur de douglas qui restent de bons classe 3.
- Les bois thermo-traités : alternative intéressante qui stabilise le bois en dimensions (moins sensible aux reprises d’humidité), permet parfois des tons particuliers (frêne argenté par exemple), mais les rend cassants et renchérit le prix de façon importante. Tous les bois ne conviennent pas au thermo-traitement.

- Le pin autoclavé : Solution la plus économique, loin devant les autres. Contrairement à une légende, de nombreux autres bois n’atteignent pas la classe 4 en autoclave, tels le douglas ou le mélèze.- Les sections courantes sont de 21×120 ou 21×118, et 27×145 ou 28x145mm. Les longueurs allant de 3.60 à 5.40m

Quelques lames de pin classe 4

 

- Les bois exotiques : Un bonne dizaine de bois entrent dans la catégorie dite des bois de fer, qu’ils viennent d’Afrique, d’Indonésie ou du Brésil. Il y a du bon et du moins bon en chacun d’eux :- Le moins bon est certainement la déforestation conséquente à leur coupe. Pour cette raison, nous ne commercialisons que des bois dont l’origine est certifiée- La plupart du temps, leur densité extrême ne permet pas un séchage efficace du bois, ce qui occasionne de nombreux litiges postérieurs à la fin de chantier, et ceci malgré le soin apporté à la pose (ipé, massaranduba….)- Certains bois peuvent être séchés efficacement (merbeau) mais ce dernier est déconseillé autour des piscines à cause de ses tanins violets qui peuvent tacher dans les premières semaines.- Le merbeau est en section de 21x145mm, une face lisse, une face riflée.

Du merbeau sous la pluie

- L’ipé est en section de           21x145mm- Le massaranduba est en section de 21x145mm, profil riflé.

Massaranduba riflé et pin lisse côte à côte

- Les bois composites : - Ils sont issus d’un mélange de farines de bois qui apportent rigidité, régulation thermique et résistance, à une matière plastique qui enrobe et protège le bois.- Il y a deux grandes familles de produits : - L’une à base de bois et PVC, généralement à raison de 50%-50%. Ce mélange produit un matériau rigide qui doit être extrudé en profil creux. Deux inconvénients : Le côté cassant en cas de choc important, et la finition des extrémités et côtés qui obligent les poseurs à des contorsions nombreuses.- L’autre à base de bois et Polyéthylène (70% bois, 30% résine). Ce mélange produit un matériau plus souple qui doit être utilisé plein, ou alvéolé avec des parois plus épaisses. La gamme Wood Chop est de cette famille. (voir le site Wood Chop)

 

- De nombreux produits proviennent d’Europe de l’Est ou plus loin. Il faut veiller à leur qualité car les désordres ont été nombreux ( teintes instables, matériaux cassants,  blanchissants… ou faits de matières souillées.

La visserie : que choisir ?

La visserie apparente :

Celle-ci doit être en inox pour éviter les taches de rouille disgracieuses sur les lames de bois.

Les vis inox n’étant pas magnétiques, et donc non tenues par les embouts de vissage, il est préférable d’utiliser des vis à tête creuse de type « Torx ».

Il y a débat entre les partisans des vis autoforeuses et les vis avec perçage préalable :

Ne pas percer les lames semble être un gain de temps important. Toutefois, les aléas liés à cette méthode sont nombreux et dissuasifs :

Dans les bois durs, il y a casse de vis assez régulière. De plus, pour visser dans les bois durs, il faut prévoir de fraiser la tête de vis, donc le gain devient nul, puisque perçage et fraisage sont simultanés.

Autre souci, avec cette méthode il est impossible de fixer un bois très dur sur un bois très tendre à cause des filets en prise.

Visserie des bois d’ossature :

A moins qu’il ne soit directement pris au sol, Il faut bien assembler le lambourdage à son support.

Cette visserie n’étant pas apparente, nous proposons des vis type VBA cruci zinguées traditionnelles de différentes tailles en conditionnements économiques.

 

Le prix des bois de terrasses :

C’est le plus souvent LE critère de décision. En effet, la gamme des prix s’étend sur une échelle de 1 à 5 voire 6 et plus selon le bois retenu et les options.
En bas de l’échelle, le pin autoclavé en petite section (21x120mm), puis le pin en 27×145, 28×145, puis dans l’ordre : massaranduba du Brésil, merbeau d’Indonésie, acacia de France, ipé du Brésil, composite Wood Chop, teck, palissandre…

Nos prix sont très compétitifs. N’hésitez pas à demander un devis en n’omettant pas de mentionner votre adresse postale. Celle-ci ne sert qu’à l’archivage et au suivi des demandes, en aucun cas à des fins publicitaires.

 

La durée de vie des ouvrages :

Totalement abandonnée, une terrasse durera plus de vingt années, c’est certain.Chaque bois vieillira différemment, surtout en ce qui concerne la teinte.Mais plus que la nature du bois, trois éléments conditionnent la durée de vie :- Méthode et qualité de pose. A-t-on traité les coupes ? La ventilation est-elle suffisante ? Par exemple.- Le climat local : Plus il est froid et sec, mieux cela vaut.- L’entretien de surface : un minimum d’entretien permet sans doute d’au moins doubler la durée de vie d’une terrasse.

 

Les structures de terrasses

Des légendes persistantes font dire que le bois de structure doit être de la nature du bois de revêtement de surface. Qu’en est-il ?En fait, il n’y a jamais eu de règle sur ce point, mais les gens qui posent les lames sans percement préalable, directement avec des vis autoforeuses ont pu rencontrer des cas où la vis tournait dans la lambourde en fin de vissage. L’énormité du couple de vissage est alors telle que les vis finissent par casser elles aussi. Une méthode de pose un peu différente permet de visser tout bois dur sur un bois quelconque sans casser de vis et en plaquant parfaitement les lames.Par ailleurs, une structure de classe 4 durera autant que n’importe quel autre ouvrage domestique d’extérieur

De fait, nous recommandons l’usage du pin autoclavé en structure pour son aspect économique, la variété des dimensions possibles, le bon calibrage des dimensions (toutes les sections sont rabotées) et la facilité d’emploi.Il nous est toujours possible, sur commande expresse de fournir tout lambourdage en bois dur si le besoin s’en fait sentir.
La couche supérieure :Celle qui reçoit les lames : Généralement faite de lambourdes en section de 45×70 mm qu’il est préférable de disposer sur chant, espacées de 0.50m entr’axes le plus précisément possible (voir mode de pose).Cette couche peut être posée directement sur un sol existant (carreaux, dalles, etc…), ou bien supportée par une sous-couche de section plus forte quand la hauteur à combler est importante. Ceci a aussi l’avantage de permettre un calage avec des points plus distants.
Les sections courantes de bois d’ossature sont :

- 45×70

- 45×95

- 45×145

- 45×220

- 70×90

- 70×190

- 70×220

- 90×90

- 145×145

 

L’entretien des terrasses

Il n’y a pas vraiment de terrasses à entretien nul.Tout sol doit être nettoyé, et les terrasses n’y échappent pas.
Tous les bois de la classe 4 peuvent se passer de tout entretien autre que le nettoyage. Cependant si on veut garder un bel aspect de bois qui ne soit pas gris, il faut, juste après le nettoyage, appliquer un saturateur avec une brosse-balai, ce qui est très rapide.
On dit que l’ipé peut se passer d’entretien :  Ce très bon bois prend après quelques saisons une teinte gris clair. Selon qu’il sera ombragé ou non il sera noir ou gris. De nombreux propriétaires l’éclaircissent à l’eau de javel pour retrouver un ton homogène.Comme les autres bois durs, il appréciera d’être recouvert une fois l’an si possible d’un saturateur à base d’huile qui contribuera à préserver sa beauté.

Pour les amoureux des tons gris, une série d’huile-saturateur antidérapante a été spécialement mise au point, qui concilie entretien minimal, durée de vie maximale, confort et aspect durable. Voir notre gamme de produits d’entretien.

 

Les terrasses, conception, réalisation et entretien